La blockchain au service de l’industrie automobile

0
233
Pièce sur un téléphone portable

La « blockchain » est une nouvelle technologie permettant le stockage et la transmission d’informations de façon transparente et sécurisée sans l’aide d’un intermédiaire. Aujourd’hui, son utilisation la plus connue est associée aux cryptomonnaies comme le Bitcoin, mais l’industrie automobile lui a déjà trouvé différentes applications.

Comprendre le fonctionnement de la blockchain

Créée en 2008, la blockchain fonctionne comme un registre sur lequel est inscrit l’historique des échanges effectués par ses utilisateurs depuis sa création. Pour résumer son protocole : lorsqu’une demande de transaction est effectuée, la blockchain va opérer un regroupement de plusieurs transactions afin de constituer un « block » avant de le valider à l’aide de techniques cryptographiques. Après validation, le block est daté et ajouté à la chaîne et la transaction est complétée.

Le mathématicien Jean-Paul Delahaye décrit la blockchain ainsi : « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »

A quoi peut bien servir cette nouvelle technologie ?

Pour tenter de mieux comprendre l’intérêt de cette nouvelle technologie, voici ses principaux avantages :

  • La blockchain permet de supprimer, ou du moins de réduire, le nombre d’intermédiaires nécessaires à la transaction puisqu’elle est dotée d’un algorithme opérant automatiquement la vérification. Par exemple, dans le cas du bitcoin, la blockchain permet de remplacer les banques qui sont habituellement ceux qui valident le paiement. Cela dit, elle a tout de même besoin d’une personne ou d’une entreprise pour proposer ce service de blockchain : elle ne fonctionne pas de façon entièrement autonome.
  • La blockchain est considérée comme plus sûre et offre une meilleure traçabilité de ses transaction puisque ses informations sont détenues sur plusieurs serveurs.

La blockchain dans le cadre de l’industrie automobile

Maintenant que nous avons brièvement expliqué ce qu’est la blockchain, vous commencez très certainement à vous imaginer comment elle pourrait être utilisée dans le secteur automobile ! Vous serez étonnés de découvrir la multitude de cas où elle est déjà à l’essai.

Certifier les voitures haut de gamme

Pour les voitures neuves, la blockchain permet de certifier l’authenticité du véhicule et de ses composants. Lamborghini a été l’un des premiers à faire le pas en certifiant une Aventador S grâce à la blockchain. Cette nouveauté a permis une numérisation du processus d’authentification et a grandement simplifié le processus. Habituellement, lorsqu’un de ces véhicules haut de gamme est revendu, il doit passer entre 800 et 1000 inspections de certification au siège de la marque. Grâce à la blockchain et son protocole de validation automatisé, les différents intervenants (techniciens, concessionnaires, etc.) n’ont plus besoin de déranger leur supérieur hiérarchique à chaque fois.

Tracer l’origine des composants : « supply chain verification »

Plus globalement, la blockchain permet d’assurer la traçabilité des composants. Les groupes Volkswagen et Volvo Car s’en servent déjà afin d’établir le suivi du cobalt, dont on se sert dans les batteries de voitures électriques, et assurer que la source de leurs matières premières soit bien celle annoncée. Ou encore, Mercedes-Benz a partagé son intérêt pour cette technologie pour être plus transparents vis-à-vis du respect des normes écologiques de leur supply chain.

Seconde main et location : garder un historique

Dans le cadre de la vente de véhicules d’occasion et de la location de voiture, l’intérêt d’un registre sécurisé comportant l’intégralité des transactions passées pourrait devenir un argument de taille pour rassurer les acheteurs et locataires.

Créer une cryptomonnaie propre à votre véhicule ?

Dans un futur proche, on peut aussi s’attendre à la mise en place de smart wallet (portefeuille intelligent) dans certains véhicules grâce à la blockchain. Des entreprises comme Jaguar et Tesla y réfléchissent déjà aussi bien dans le cadre du paiement de la recharge électrique sur les bornes que pour mettre en place un système de récompense/rémunération en échange d’un partage des données sur la route, dans le cadre d’un système d’aide à la conduite.

En bref, la blockchain a son mot à dire partout où il y a des transactions qui s’effectuent. Pour le secteur automobile mais aussi pour l’ensemble des secteurs commerciaux, elle apparaît comme une technologie qui va sans doute devenir incontournable dans les années qui viennent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here