L’Etat renforce son action en faveur des véhicules électriques

0
25
flotte electrique

Dans le cadre de son plan de soutien au secteur automobile, le Gouvernement a revu les montants et les conditions d’attribution du bonus et de la prime à la conversion pour stimuler les ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Les chiffres donnent le tournis. Sur les cinq premiers mois de l’année, le marché des flottes perd 39,38 % de ses volumes de vente par rapport à la même période de 2019. Les seules automobiles enregistrent une baisse de 39,73 % quand les utilitaires légers plongent de 38,91 %. A titre de comparaison, le marché automobile nationale recule de 47 %.

Un coup de pouce gouvernemental

Pour soutenir l’industrie automobile et l’aider à se relever de la crise sanitaire, le Gouvernement a déployé un plan de soutien spécifique. Publié au Journal Officiel du 31 mai 2020, un décret fixe de nouvelles modalités pour bénéficier d’aides à l’acquisition de véhicules à faibles émissions. Plus précisément, le texte s’intéresse au bonus écologique et à la prime à la conversion.

Les hybrides rechargeables à nouveau soutenus

Pour les entreprises, depuis le 1er juin et jusqu’au 31 décembre, le montant maximal du bonus atteint 5 000 euros contre 3 000 jusqu’à présent. Il concerne les voitures et les utilitaires légers dont les émissions de CO2 ne dépassent pas les 20 g/km.

Mais ce dispositif s’ouvre également aux véhicules dont les émissions sont comprises entre 21 et 50 g/km et donc aux hybrides rechargeables lorsque leur autonomie atteint plus de 50 kilomètres sur le seul mode électrique et quand leur prix d’achat est inférieur à 50 000 euros TTC. Si ces conditions sont réunies, le bonus atteint 2 000 euros.

Une prime plus accessible

Autre volet du dispositif, la prime à la conversion intègre également la technologie de l’hybride rechargeable. Pour en bénéficier, le véhicule doit émettre moins de 50 g/km de CO2 contre 20 g/km auparavant, ne pas coûter plus de 60 000 euros TTC et être capable de rouler plus de 50 km avec le seul moteur électrique. Lorsque ces conditions sont réunies, la prime atteint 2 500 euros pour un véhicule particulier et 5 000 euros pour un utilitaire léger. Le véhicule réformé devra avoir été immatriculé avant 2011 s’il roule au gazole et avant 2006 s’il carbure à l’essence contre 2001 et 1997 auparavant. De plus, la prime est majorée dans les Zones à faibles émissions (ZFE).

Le verdissement des flottes

Parallèlement au soutien apporté à la filière automobile à travers ce dispositif, le Gouvernement veut également accélérer la transition énergétique. Entre le 1er janvier et le 31 mai, les ventes de véhicules hybrides et électriques auprès des entreprises ont augmenté respectivement de 25 et 4,56 %. Désormais ces technologies représentent 10,8 % des immatriculations réalisées par les entreprises. Sur un marché des flottes à la peine, les véhicules verts commencent à voir la vie en rose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here