La norme WLTP pèse sur le marché des flottes

0
44
norme wltp

La courbe de ventes des véhicules d’entreprise évoque les montagnes russes. En août, les volumes d’achats de véhicules particuliers par les entreprises ont bondi de 28,9 % quand, en novembre, ils ont baissé de 6,7 % après deux mois de baisse successifs. L’explication se résume à un acronyme : WLTP pour Worldwide harmonized Light-duty vehicles Test Procedure, soit, en bon français, procédure de test des véhicules légers harmonisée au niveau mondial.

Déployé après le dieselgate, ce nouveau protocole d’homologation permet d’obtenir des niveaux de consommation de carburant et de rejet de CO2 plus proches de la réalité. D’après les calculs de Jato, spécialiste des données automobiles, les taux de CO2 augmentent de 9,6 g/km en moyenne.

En attendant la mise en œuvre pleine et effective du WLTP au 1er septembre 2019 et depuis le 1er septembre dernier, le Gouvernement s’appuie sur l’actuelle norme NEDC (New European Driving Cycle) pour calculer de nouvelles valeurs de CO2. Comme ces dernières partent à la hausse, elles entraînent malus et TVS (Taxe sur les Véhicules de Société) dans leur sillage puisque ces deux taxes sont indexées sur leur taux. Conséquence directe, les entreprises ont anticipé leurs achats en août pour échapper aux augmentations.

Pour contrebalancer la hausse des émissions de CO2 et éviter la flambée des malus, la loi de finances 2019 réévalue ces derniers à la baisse. Seulement le texte rentre en vigueur le 1er janvier. En novembre et décembre, les entreprises ont donc suspendu leurs achats pour attendre la nouvelle année et profiter ainsi d’une grille de calcul plus favorable.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here