Les flottes enregistrent un premier semestre dynamique

0
172
flotte auto 2019

Sur les six premiers mois de l’année, les entreprises ont renforcé le périmètre de leurs flottes. Avec un jour ouvré de moins, leurs achats progressent de plus de 8 %.

Le temps est au beau fixe pour le marché du véhicule d’entreprise. Sur les six premiers mois de 2019, les immatriculations de véhicules particuliers (VP) et de véhicules utilitaires légers (VUL) auprès des grands groupes, des PME, des TPE et des entités du secteur public ont réalisé un bond de 8,08 %. Du 1er janvier au 30 juin, 451 629 ventes ont été enregistrées. La progression est d’autant plus spectaculaire que le premier semestre 2019 a compté un jour ouvré de moins par rapport à 2018.

Précédent record en 2016

C’est le meilleur premier semestre depuis 2016, année où le marché s’était particulièrement bien tenu avec une hausse de 13,3 % et 408 079 automobiles et camionnettes écoulées. En 2015 et 2018, les volumes avaient progressé respectivement de 4,7 % (360 117 unités) et de 3,7 % (417 875) quand ils avaient baissé de 1,3 % au premier semestre 2017 (402 937).

L’automobile plus performante que la camionnette

La hausse profite encore davantage aux véhicules particuliers puisque leurs volumes de ventes augmentent de 8,85 % à 265 464 unités quand les véhicules utilitaires de moins de 3,5 tonnes progressent de 7 % avec 186 165 immatriculations.

L’essence au plus haut

Autre constat et confirmation d’une tendance lourde, la part de l’essence ne cesse de croître. Ses immatriculations explosent à + 65,44 %, soit 100 747 automobiles et camionnettes neuves vendues avec cette énergie. Sur le premier semestre 2019, l’essence a représenté 22,31 % des immatriculations réalisées par les entreprises. Sur le seul segment des véhicules particuliers, cette part atteint pas moins de 34,52 % avec 91 639 immatriculations.

Le diesel poursuit sa chute

Prépondérant dans les entreprises depuis de longues années, le diesel ne cesse de perdre du terrain. Le premier semestre 2019 ne déroge pas à la règle. Sur les six premiers mois de 2019, ses volumes reculent de 3,67 % avec 324 459 véhicules particuliers et utilitaires écoulés. La chute est beaucoup plus marquée sur le segment des seules automobiles avec un repli de – 11,56 % (152 497 immatriculations). En toute bonne logique, la part de marché du diesel continue de refluer. Elle s’établit à 71,84 % pour les véhicules particuliers et utilitaires et à seulement 57,45 % pour les seuls VP.

La montée progressive de l’électrique

De leurs côtés, les nouvelles énergies progressent lentement mais sûrement. De janvier à juin 2019, les entreprises ont acheté 10 586 VP et VUL électriques, soit des volumes en hausse de 46,50 % et un part de marché qui s’établit à 2,34 %. Sur les seules automobiles, cette part atteint 2,53 % avec 6 716 unités et un bond de 63,49 %.

Les motorisations hybrides rejoignent également les rangs des flottes. Leurs immatriculations ont augmenté de 21,53 % avec 15 230 VP et VUL vendus et une part de marché de 3,37 % sur six mois. Les hybrides non rechargeables remportent davantage de succès que les hybrides rechargeables avec une progression de 25,6 % pour les premiers et de 10,93 % pour les seconds.

Les parcs automobiles des entreprises se verdissent encore timidement. Mais sous la pression des pouvoirs publics, le basculement pourrait se faire beaucoup plus rapidement dans un avenir proche.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here