Les coûts automobiles s’envolent

0
74
Les coûts automobiles s'envolent

Le TCO figure au cœur des critères de décision en matière de gestion de flottes automobiles. Acronyme signifiant Total Cost Of Ownership, ce coût total de détention est une notion héritée du monde informatique. « Quand on considère que le coût d’une flotte automobile fait partie des trois ou quatre premières charges d’une entreprise avec les salaires et l’immobilier, il ne faut pas s’étonner que le TCO garde une place stratégique dans les décisions d’achat des entreprises« , explique François Piot, le président de l’Arval Mobility Observatory.

Les 60 véhicules les plus vendus

Chaque année, l’Arval Mobility Observatory, un groupe de réflexion du groupe BNP Paribas, publie son TCO Scope. Cette étude mesure l’évolution des différentes lignes budgétaires nécessaires à l’exploitation d’un véhicule. En 2018, le Prix de Revient Kilométrique (PRK) moyen des voitures particulières s’est établi à 0,389 euros TTC. Le groupe de réflexion a analysé les 60 véhicules les plus vendus aux entreprises et s’est appuyé sur une loi de roulage de 48 mois et 100 000 kilomètres.

Une hausse de près de 11 %

En 2018, utiliser une automobile a coûté en moyenne 38 758 euros aux entreprises. En 2017, la même enveloppe s’élevait à 35 075 euros. Après cinq années de baisse ininterrompue, le TCO est reparti à la hausse en 2017 et en 2018. Entre 2017 et 2018, l’augmentation atteint 10,82 %. Entre 2012 et 2016, le prix de revient kilométrique moyen est passé de 0,373 à 0,340 euro avant de remonter ensuite pour dépasser le précédent plafond de 2012.

Des carburants plus chers

Première explication à cette hausse, le prix des carburants s’est envolé. En moyenne, le litre d’essence se vendait 1,48 euro en 2018 contre 1,35 euro en 2017. L’augmentation est de 9,6 %. De son côté, le litre de gazole est passé de 1,23 euro en 2017 contre 1,43 euro en 2018. Cette fois, le bond atteint 16 %.

Des véhicules plus taxés

La hausse du TCO est provoquée également par l’évolution de la fiscalité. Le seuil de déclenchement du malus a été abaissé à nouveau et le montant par gramme a augmenté. Parallèlement, la Taxe sur les Véhicules de Société pèse plus lourd dans les budgets automobiles des entreprises.

La dépréciation en tête des budgets

La décomposition du TCO montre l’importance de la dépréciation. Calculée sur la base de la différence entre le prix catalogue avec remise et la valeur prévisible de revente, elle représente 39,8 % du budget total de fonctionnement. Ce poste est en hausse de 7 % et devance les charges sociales et fiscales (23,7 %), l’entretien/pneumatique/assurance (19 %), l’énergie (14,1 %) et les frais financiers (3,4 %).

Le poids grandissant de l’énergie

L’Arval Mobility Observatory s’est également intéressé au Véhicules Utilitaires Légers (VUL) de moins de 3,5 tonnes à travers l’analyse de 25 modèles. En 2018, le TCO moyen s’est établi à 28 368 euros, soit 0,284 euro HT par kilomètre pour une loi de roulage de 48 mois et 100 000 kilomètres. Entre 2012 et 2018, ce PRK a progressé de 2,89 %. Comme pour les véhicules particuliers, la hausse des carburants procède de cette progression pour une part importante. Automobile ou camionnette, l’énergie pèse sur les budgets des flottes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here