KPMG anticipe une domination chinoise sur l’électrique

0
110
kpmg futur automobile

Prédire l’avenir constitue un exercice délicat tant les faits peuvent venir infirmer les projections les plus savantes. Pour anticiper le futur automobile et obtenir les résultats les plus fiables possibles, le cabinet KPMG s’est doté d’un échantillon élargi de 1 000 dirigeants de l’industrie automobile et du secteur des technologies de l’information et de la communication et de 2 000 consommateurs. Principal enseignement, les relations entre constructeurs autos et GAFAs devraient se faire sur un mode coopératif selon les deux tiers des dirigeants interrogés.

L’irruption de l’hydrogène

Pour KPMG, d’ici 2040, plusieurs technologies automobiles devraient coexister avec des parts de marché de 30 % pour les véhicules électriques à batterie, 25 % pour les modèles hybrides, 23 % pour la pile à combustible et 23 % pour les moteurs thermiques traditionnels. Quasiment inexistant aujourd’hui, l’hydrogène devrait donc représenter près du quart des ventes en 2040.

Une influence politique déterminante

Pour les dirigeants interrogés, le destin des différentes technologies dépend en grande partie des pouvoirs publics. Ils sont 77 % à considérer que leur influence grandit et devient de plus en plus déterminante dans les choix des constructeurs. Si 83 % des dirigeants chinois et 81 % de leurs homologues américains estiment que la politique industrielle de leur pays est claire, ils ne sont que la moitié à le penser en Europe de l’Ouest.

L’électrique sera Chinois

Dans l’étude réalisée par KPMG, la Chine apparaît comme le principal moteur de l’électromobilité. 47 % des dirigeants chinois affirment que leur pays va dominer ce marché mondial et que ce dernier sera dépendant de leur technologie. Plus pragmatiques, les consommateurs identifient encore des freins à l’adoption massive du véhicule électrique : 35 % le trouve trop cher, 24 % mettent en cause l’accès au réseau de recharge et 18 % jugent son autonomie insuffisante. Face à ces critiques, constructeurs et pouvoirs publics franchissent les obstacles les uns après les autres et l’électrique se fraie un chemin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here