Dix nouvelles ZFE dès 2021

0
25
Logo zone faibles émissions

Un décret ouvre la porte à une multiplication des Zones à Faibles Emissions (ZFE). Après Paris, Grenoble et Lyon, de nouvelles villes devraient interdire leur territoire aux véhicules les plus anciens et les plus polluants.

La lutte contre la pollution atmosphérique se renforce. Avant de quitter le ministère de la Transition écologique et solidaire pour celui du travail, de l’emploi et de l’insertion, Elisabeth Borne a présenté un décret élargissant le champ d’application des Zones à Faibles Emissions (ZFE).

Vers une généralisation des restrictions de circulation

Jusqu’à présent, seules les villes de Grenoble, Paris et Lyon avaient mis en place de telles zones. Le nouveau décret rend obligatoire de déployer une ZFE dans tous les territoires où les mesures de qualité de l’air dépassent régulièrement les limites fixées. Une dizaine de ces zones devrait ouvrir en 2021.

La France tancée par les sages

Cette nouvelle disposition vise notamment à se mettre en conformité avec les obligations européennes en matière de qualité de l’air. L’annonce d’Elisabeth Borne a précédé de quelques jours la publication de la décision du Conseil d’Etat sur le même sujet. Les sages ont condamné la France à payer une amende de 10 millions d’euros chaque année pour non respect des taux limites de pollution de l’air.

Une majoration de la prime à la conversion

Au-delà des 10 nouvelles ZFE prévues en 2021, le Gouvernement souhaite intensifier son action. D’ici fin 2023, toutes les zones visées devront respecter les concentrations annuelles en particules et en oxydes d’azote. Le Ministère de la transition écologique et solidaire présente la prime à la conversion comme l’un des outils pour y parvenir. Depuis le 1er juin et dans les ZFE, elle peut être augmentée de 2 000 euros dont la moitié prise en charge par l’Etat.

Un mort sur dix

Selon une étude réalisée par Santé Publique France, la pollution de l’air est responsable de 48 000 décès prématurés par an. Ce lourd bilan équivaut à près d’un mort sur dix (9 %). D’après le Gouvernement, le trafic routier représente 57 % des émissions d’oxydes d’azote et une part significative des émissions de particules fines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here