Covid-19 : comment respecter les gestes barrières pour les taxis et les VTC ?

0
176
Symbole lumineux taxi

Avec une réduction de 10 % de leur activité pendant le confinement, pour les taxis et les VTC (véhicules de transport avec chauffeur), poursuivre leur activité et respecter les gestes barrières dans leur véhicule est un vrai dilemme. Comment aménager son véhicule pour lutter contre la propagation de la Covid-19 dans les taxis et les VTC ?

Mettre en place un protocole sanitaire strict

Dans le cadre de la sortie du confinement, le Gouvernement français a annoncé des mesures pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Pour garantir la sécurité et la santé des passagers et celles des chauffeurs, les chauffeurs appliquent un protocole sanitaire pour respecter les gestes barrières. Pour les taxis et les VTC, il y aura eu un « avant Covid-19 » et un « après Covid-19 » : c’est toute une profession qui a dû s’adapter pour lutter contre le virus tout en assurant la continuité du service durant le confinement.

Vitre plexiglas entre le chauffeur et le passager

Lieux clos de petite taille, taxis et VTC sont des lieux à fort risque de contamination à la Covid-19. Pour assurer la sécurité du chauffeur et de ses clients, les véhicules sont maintenant quasiment tous équipés d’une vitre plexiglas entre le chauffeur et le passager.

Aucun passage à l’avant du véhicule

Pour respecter la distance physique d’au moins 1 mètre entre le chauffeur et le passager, ce dernier ne peut s’installer qu’à l’arrière du véhicule. Il est d’ailleurs recommandé d’indiquer visiblement qu’aucun passager ne peut s’asseoir à côté du conducteur. Une seule exception possible pour des passagers d’un même foyer : ils peuvent s’installer à l’arrière s’il y a une séparation dans le véhicule entre le chauffeur et eux.

Port du masque obligatoire dans les taxis et VTC

Depuis le 11 mai 2020, comme dans les transports en commun, le port du masque est obligatoire pour les conducteurs et conductrices de taxi comme pour leurs passagers de plus de 11 ans. Ils offrent une protection supplémentaire et complémentaire à la vitre en plexiglas installée derrière le siège avant du véhicule.

Interactions limitées avec le passager

Pour limiter la propagation de la Covid-19, les taxis et les VTC ont dû revoir leur manière de prendre en charge leur passager :

  • ouverture et fermeture des portes par le client lui-même ;
  • bagages entreposés dans le coffre après ouverture puis fermeture par le client ;
  • interdiction de poser des bagages à l’arrière du véhicule, à part si c’est un petit sac sur les genoux ;
  • interdiction de proposer une boisson, une friandise au client ou un journal au client ;
  • obligation pour le client d’emporter ses déchets avec lui quand il quitte le véhicule.

Aussi, le chauffeur doit avoir dans son véhicule du gel hydro alcoolique, lingettes, savons et sacs poubelle.

Désinfection du véhicule après chaque course

Pour limiter les risques d’exposition au virus, le chauffeur doit nettoyer entre chaque course et prise en charge d’un client toutes les surfaces susceptibles d’avoir été contaminées (en contact avec les mains) durant la course : les portes, les poignées, les dossiers, les accoudoirs, le terminal de paiement… L’ensemble du véhicule doit être, quant à lui, intégralement désinfecté une fois par jour. De plus, entre deux clients et, même, pendant les courses, les chauffeurs doivent aérer le véhicule.

Refuser l’accès à un client avec les symptômes de la Covid-19

Toux, fièvre, difficultés respiratoires sont les symptômes visibles d’infection à la Covid-19. Taxis et VTC ont le droit de refuser toute personne présentant ces symptômes. Pour lutter contre la propagation du virus, ils renvoient le client vers un service de transport sanitaire qui, lui, dispose des équipements nécessaires pour accueillir les personnes malades.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here