Bilan RGPD : ce qui a changé pour les gestionnaires de flottes automobiles

0
46
Cadenas sur ordinateur

Annoncé début 2018, et faisant suite à quelques scandales sur la protection des données personnelles en ligne, le RGPD aura fait couler de l’encre ! Cette mesure de protection qui concerne toute l’Europe depuis le 25 mai 2018 a angoissé bien des entreprises. Retour sur ce que cet événement a changé dans le monde de la gestion de flotte automobile.

RGPD et panique à bord

À l’heure du Big Data et de l’engrangement de données à outrance, l’annonce d’une loi encadrant la collecte et le traitement des données personnelles fait grand bruit. Mais celle-ci est plutôt bien accueillie et surtout, perçue comme nécessaire. Car le scandale Facebook-Cambridge Analytica est passé par là, et a révélé au monde entier l’ampleur et l’importance des vols de données personnelles.

Souvent mal informées et déstabilisées par cette annonce soudaine, les entreprises collectant les données de leurs utilisateurs paniquent. Chacun engage des experts et tente de se mettre aux normes avant la date butoir du 25 mai 2018. Car les sanctions annoncées ne sont pas à prendre à la légère, Bruxelles souhaitant mettre en place une mesure véritablement efficace pour protéger les citoyens européens.

6 mois après la mise en plus du RGPD, 66% des Français se disent plus sensibilisés à la protection de leur données et 9 700 plaintes ont été déposées auprès de la CNIL. Dans son rapport annuel de 2018, la CNIL dévoile plusieurs chiffres qui montrent la bonne réactivité des entreprises européennes :

  • 39 500 entreprises possèdent un délégué à la protection des données ;
  • 1 170 notifications de violations de données ont été rapportées par des professionnels ;
  • Plus de 8 millions de visites sur le site de la CNIL et des milliers de téléchargements des guides et aides à la mise en conformité avec le RGPD.

Mais il n’y a pas eu que des bons élèves, la CNIL a aussi adressé 49 mises en demeure. Et de nombreuses entreprises, 1 an après, ne sont toujours pas en conformité avec le RGPD. Face à ce constat, la CNIL a annoncé récemment qu’elle se montrerait beaucoup plus sévère sur les sanctions.

Les données des flottes automobiles face à la RGPD

L’implantation de plus en plus massive de la télématique dans les flottes automobiles permet aux gestionnaires de collecter des centaines de données à partir d’un seul véhicule : vitesse, temps de conduite, position GPS, consommation, fréquence des pannes, etc.

Les entreprises de gestion de flottes automobiles ont donc été particulièrement concernées par le RGPD.

Voici les obligations que le RGPD implique pour les gestionnaires de flottes automobiles :

  • Tenir un registre à jour du traitement des données ;
  • Désigner un délégué à la protection des données ;
  • Les chauffeurs et utilisateurs doivent être informés en amont de la collecte de leurs données et savoir à quoi celles-ci vont être employées ;
  • Les utilisateurs doivent pouvoir modifier ou supprimer leurs données personnelles ;
  • Les collecteurs des données en sont les responsables et doivent faire le nécessaire pour qu’elles soient sécurisées et ne puissent être divulguées. Les données GPS qui sont particulièrement sensibles, doivent par exemple être protégées en conséquence.

Pour certaines entreprises, le RGPD a été un changement bénéfique. En effet, cette mesure européenne a permis d’unifier les règlementations, jusqu’ici différentes suivant les pays, et donc contraignantes pour les véhicules qui traversaient les frontières.

Face au durcissement des sanctions et à l’arrivée de la DSP2, la petite sœur du RGPD, il est conseillé de se mettre rapidement au pas sur la protection des données dans le secteur automobile.

Coyote Fleet, notre solution de gestion de flotte est 100% conforme RGPD, alors n’hésitez plus !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here